Votre panier est vide  Votre compte

Talaksyrianlekory

Pour comprendre qui est Talaksyrianlekory, il faut savoir qui sont les dragons.

 Talaks

Alors que Hemn (voir Dieux Bienfaisants) n’était qu’un enfant et que ses créations répondaient à ses caprices, les grands Dragons vivaient paisiblement. Les étoiles étaient leur domaine et nul ne pouvait s’opposer à leur pouvoir.

Les siècles passèrent et ils continuèrent à observer Hemn grandir. Ils étaient pour lui des gardiens, des êtres majestueux qui le protégeaient.

Mais la magie noire est fourbe dans sa nature et elle s’insinua peu à peu dans les esprits de certains des enfants de Hemn. Loki, le dernier de ses fils devint le plus perfide de tous. Usant de ses nouveaux pouvoirs, il affronta les dragons en secret.

Jamais cela n’avait semblé possible et pourtant, bénéficiant de la surprise la plus totale, Loki les vainquit et les condamna à l’exil sur le monde que son père avait créé.

C’est alors que le temps des Dragons sur Groelf débuta. Honteux de leur défaite, ils se retirèrent dans les montagnes du Nord, cachés de tous par des cols infranchissables. Leur noms devinrent légendes pour les peuples Humain, Elfe ou encore Nain.

Et pourtant, le Royaume des Dragons était une réalité. Ne sachant comment les Grands Dragons étaient arrivés sur Groelf, Hemn leur offrit la capacité de se transformer en Hommes. Ainsi songea-t-il, ils pourront connaître les peuples que lui et ses enfants avaient créés et alors rêver de paix.

Aux côtés de Zilk, Grand Roi des Dragons, les plus anciens formèrent le Conseil des Neuf. Lorks, Mylos, Felt, Hylak, Vahal, Opes, Lufj, Sshirk et Lesh’An étaient leurs noms.

 

Bien des années s’écoulèrent et les dragonnets virent le jour par centaines. Le Roi lui-même eut le bonheur de voir éclore son Fils, Talaksyrianlekory. Il était grand et puissant. Son cuir rouge vif était nuancé d’écailles orangées qui lui donnait un aspect enflammé, comme si le feu dansait le long de son corps.

Mais là aussi, la magie noire et les desseins des Dieux sombres étaient à l’œuvre. Corrompant certains anciens, ils soufflèrent sur les braises de la jalousie et de la haine.

Alors que Talaks approchait de l’âge adulte, Sshirk, plus proche conseiller du Roi Zilk frappa. Ses troupes passèrent à l’assaut et ceux des Neuf qui étaient rangés à ses côtés renièrent leurs serments de loyauté.

Tout devint chaos dans le Grand Palais des Dragons. Lorks, Hylak et Vahal fondirent sur les gardes royaux pendant que Sshirk poignardait à mort le monarque.

Mais cette révolte fut si brutale qu’aucun dragon n’osa s’élever contre l’Usurpateur qui siégeait à présent sur le trône de Zilk. Il fit entrer ses prisonniers, les Soldats Dragons de secondes générations eurent le choix de le rejoindre.

Sous les yeux du Jeune Talaks, ils furent mis à mort quand le courageux Ragn’on, Capitaine des Dragons du Roi refusa de lui prêter allégeance. Aucun des membres du Conseil n’avait été capturé, leur fuite avait provoqué son lot de fureur dans le Palais. Sshirk craignait qu’un jour, il soit défait par l’un d’eux ou que le peuple dragon, sachant qu’il existait encore des partisans de Zilk ne se retournent contre lui.

 

Il bannit Talaks vers les Iles de Feu, loin à l’Est du Mirslark.

Là il grandit, livré à lui-même. Il découvrit peu à peu de ces iles étaient loin d’être désertes. Des bêtes féroces et sauvages parcouraient ces terres à l’affut de proies à passer sous leurs crocs.

Mesurant à peine douze mètres à son arrivée, il dut faire appel à la rage primitive et à l’instinct de chasseur qui sommeillait en lui pour venir à bout de tels prédateurs. Mais il devint alors la chose la plus dangereuse qui parcourait les iles. Volant de l’une à l’autre, il vit bientôt des corps sans vie abandonnés sur les plages, laissés là par les prédateurs qu’il avait affronté et épargné. Il n'avait plus besoin de chasser, ses nouveaux sujets s'occupaient de lui fournir sa nourriture.

Deux siècles passèrent et son esprit commença à le travailler et se renforcer. Le temps était venu de retourner dans son Royaume, fouler son sol. Reprendre ce qui lui avait été usurpé.

Talakst5

Ajouter un commentaire

 
×