Votre panier est vide  Votre compte

Röllgard

Rollgard

Röllgard est né par une nuit d’orage. Le tonnerre grondait sur la montagne et les pluies qui s’abattaient avaient fait gonfler les torrents, manquant de les faire déborder et engloutir toutes les routes d’accès à Kren’Van’Sant, la cité du Nord.

Kelth, bon père de famille, était à la forge avec ses trois fils ainés. La tradition de son clan voulait que lorsque la mère était prête à accoucher, son mari devait forger une arme, qu’il transmettrait au nouveau-né pour honorer les Dieux et les Ancêtres.

Il martela des heures durant tandis que Trender, le plus âgé de ses fils, activait le soufflet. Filgrin et Lorthard, les jumeaux, regardaient leur père à l’œuvre et réapprovisionnaient la forge en charbon. Lorsque l’orage s’éloigna et que les grondements du tonnerre se turent, Kelth avait terminé.

Il retourna chez lui et vit sa femme portant son quatrième fils. Ce petit arborait déjà une barbe drue de deux pouces de long. Son cœur se gonfla de fierté et il tendit le fruit de son labeur à son épouse qui le plaça près du nouveau-né.

Le jeune Nain grandit vite et alors qu’il allait avoir un an il fit ses premiers pas. Inquiets, ses parents le menèrent devant le Grand Conseil. Après des heures d’examens, ils décrétèrent que Röllgard, fils de Kelth, était en parfaite santé, sa musculature dépassait celle des enfants de son âge et qu’à en juger par sa posture, il serait un grand guerrier.

Des années passèrent, Röllgard était insatiable de leçons et d’entrainements si bien qu’il devint sergent de milice avant ses trente ans, fait exceptionnel dans la société Naine. Ses prouesses au combat lui apportèrent une très bonne réputation et glorifia le nom de sa famille.

Il participa à sa première patrouille peu de temps après sa nomination et revint, couvert de blessures mais sans déplorer de morts dans ses rangs. De vils Gobelins leur avaient tendu une embuscade dans un tunnel et malgré l’infériorité numérique, ils avaient massacré un ennemi trois fois supérieur en nombre.

Les armes en trophées furent rapportées et le Roi Telgrendar Bloodhammer lui-même récompensa la patrouille. Tous furent intégrés à l’armée royale et là encore, Röllgard prouva qu’il était digne de sa réputation. A chaque bataille, dans chaque combat, il était au cœur de l’affrontement, choisissant ses cibles judicieusement et se jetant sans crainte de la mort sur des adversaires très souvent bien plus grand que lui.

A l’aube de ses soixante-treize ans, il fut nommé lieutenant et intégré aux rangs des célèbres Marteleurs, une unité militaire renommée qui accueillait depuis toujours les membres de la famille royale. L’Honneur était immense pour un simple Nain, issu d’une famille simple. Certes Kelth avait servi loyalement Kren’Van’Sant durant de longues années dans l’armée, mais il restait un guerrier Nain des plus ordinaires, jamais il n’y avait eu d’officier dans sa famille.

La campagne contre les Orques des bas-fonds commença peu après cela, et dura des années. Röllgard allait avoir cent onze ans quand il jeta à bas le chef des Orques, Rultorrp le décapiteur. A son retour, porteur des marteaux de Thorbald, Fils du Roi, mort au champ d’honneur, il reçut le titre de Capitaine de la garde Royale. Il occupa ce poste jusqu’au Jour de Feu.

Par une journée paisible, l’ennemi frappa par surprise, c’est pour cette raison que l’assaut fut meurtrier à ce point. La chaleur monta dans la cité cave jusqu’à en être insupportable et la roche fondit. Réduite à l’état liquide, la pierre coula dans toutes les directions, comme si la montagne se transformait subitement en volcan. Les anciens du Grand Conseil restaient sans voix alors que des quartiers entiers de la cité-cave étaient engloutis par la roche en fusion.

Röllgard organisa l’évacuation du Roi et sa famille mais il était trop tard. Au croisement de deux tunnels, il s’y engouffra le premier pour être certain de ne pas tomber dans un piège et les hurlements lui glacèrent le sang. Il fit demi-tour et trouva les corps de Telgrendar, son épouse, leurs quatre enfants et le reste de ses Nains. Ils avaient été pris dans un jet de vapeur qui les avait littéralement fait cuire sur place. Leurs corps étaient couverts de cloques.

Il continua sa progression et déboucha à l’air libre et il tomba à genoux. Un dragon gigantesque était agrippé au flanc de la montagne, crachant un flot ininterrompu de flammes dans les moindres tunnels qu’il voyait. La roche liquide coulait entre ses énormes pattes griffues. Une fois la montagne percée d’un gouffre immense, il vit des dragons bien plus petits passer par le trou béant pour ressortir plus tard, chargés de l’Or du trésor de Telgrendar.

Sans Roi et sans Patrie, seul survivant de sa cité, Röllgard erra à travers le Mirslark jusqu’à être capturé par des pirates esclavagistes, au Sud de Kelseythryn. Sa revente tourna au désastre lorsqu’il se libéra, s’empara de ses marteaux sur le corps du pirate qu’il venait de tuer et se jeta dans la mêlée.

Il était dans une cité étrange, bordée d’un désert de sable d’un côté et d’une mer de l’autre. Ne se sentant rassuré qu’au plus proche de la terre, il s’enfonça dans le méandre de tunnels sous la cité de Kryyhmyria et y resta caché jusqu’à rencontrer un elfe dans l’un de ses tunnels.

Rollgardt5

Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.

×