Votre panier est vide  Votre compte

Conflits entre les Dieux

Le Panthéon entre en guerre

En des temps immémoriaux, Les Salles éternelles furent le théâtre d’une lutte fratricide pour le pouvoir. Alors que les jours étaient paisible et que les diverses races s’épanouissaient sur Groelf, Loki, le jaloux, convoita le trône de son père. Hemn malgré sa clairvoyance ne découvrit jamais les sombres projets de son fils.  Les traditions instaurées par le Père des Dieux ponctuaient l’année et les saisons. Les solstices étaient fêtés et c’était la période à laquelle des Dieux offraient leurs bénédictions aux êtres vivants.

Les Fêtes de Beltan célèbrent l’été. Les festivités devaient départager les plus belles femmes vivant dans les salles éternelles afin de désigner celle qui serait à la tête des Valkyries chargées de rapporter les âmes des morts vers les Paradis.

Les joutes de Yule se tenaient en hiver. Elles avaient pour but de faire concourir les champions de chaque Dieux dans des épreuves d’adresse, de combat, de courses hippiques, de force dans le but de nommer le champion des Dieux qui aurait la charge de conduire les armées de Hemn si une menace se présentait.

 

Alors que les Joutes de Yule animaient le quotidien du Royaume divin, Huldrik, champion de Thor et Champion en titre des armées divines remettait sa broche en jeu. Le bijou était fait d’Or pur et symbolisait sa fonction.

Il affrontait pour le dernier combat Jurmithar, Champion de Loki. C’est alors que le plan du Dieu des Morts fut découvert. Jurmithar fuit le combat et fondit vers la tribune où se tenait Hemn.

Les jouteurs alentours  se jetèrent sur les gardes des salles et les massacrèrent. La situation était impensable. Certains Dieux se retournèrent contre leurs frères et sœurs pour tenter de les tuer. Nombreux réussirent et bientôt, la vie même du Père des Dieux fut menacée.

Thor saisit son puissant marteau et frappa le sol. Des éclairs jaillirent et pulvérisèrent les jouteurs qui se tenaient autour de lui. Il devait protéger son père à tout prix. Il vit Huldrik faire de grands moulinets avec sa hache et décapiter tout ce qui passait à sa portée. Il avait succombé à la rage sanglante qui lui permettait de devenir presque invulnérable.

La piste de joute était un charnier couvert de sang avec en son centre, Huldrik, grand, fort, les cheveux blonds, la barbe épaisse, le regard bleu comme la glace.

Mais la trahison de Loki était sans limite. Il poignarda Huldrik dans le dos et repoussa son corps meurtri. Le champion du Dieu du Tonnerre tomba à genoux, le sang coulant abondamment de sa blessure mortelle.

Thor devint fou de rage. Il enjamba les barrières qui entouraient la piste de joute et fondit sur son frère. Il le frappa d’un coup de marteau en pleine poitrine et le fit décoller du sol. Il tournoya et prit une impulsion pour abattre une nouvelle fois son bras et projeter son frère au sol.

Loki s’écrasa lourdement au milieu des cadavres. Il frappa Thor d’un coup de dague au mollet. Le Dieu du Tonnerre sentit le venin de serpent dont était enduite la lame pénétrer son sang et avant que le poison ne fasse effet il en appela aux forces qui lui restaient.

Il brandit son marteau au-dessus de lui, l’arme se chargea de foudre et il déchargea un flot d’éclair sur son frère toujours plaqué au sol. Loki fut atrocement brulé et ne dut sa survie qu’à l’intervention de Hemn.

Le Père des Dieux venait de terrasser le dernier jouteur au service de son fils et avait saisi Thor par le poignet pour l’arrêter. Les lois des Salles Eternelles interdisaient aux Dieux des Hommes de s’en prendre aux autres divinités, mêmes celles des autres peuples.

La faute de Thor fut comprise mais pas pardonnée. Alors que Hemn bannissait Loki et ses sbires aux confins des strates sombres des univers du néant, le Dieu du Tonnerre était renvoyé aux Salles des Guerriers, l’étage le plus bas du Palais des Dieux. Il reçut pour charge de recevoir les âmes des défunts et de consigner leurs noms sur un grand mur de marbre blanc.

 

Les Sagas des Hommes du Nord du Mirslark parlent des derniers instants de Huldrik en ces termes :

 

Alors que le Père des pères bannissait son fils, Thor approcha de son champion agonisant.

- La victoire est-elle nôtre père ? demanda Huldrik faiblement.

- Oui fils, tu peux reposer en paix, tu as fait honneur à ton titre, Champion du Tonnerre.

Son regard de glace fixé dans celui de son Dieu, Huldrik s’autorisa à mourir.

Quand il arriva aux Salles des Guerriers, Thor déposa le corps de son champion sur une longue stèle de marbre et l’enveloppa d’une étoffe rouge traversée de liserés jaunes, verts et bleus. Il posa la main sur son corps et alors que les portes s’ouvraient pour accueillir de nouvelles âmes il prononça ces simples mots :

- Fils, un jour tu fouleras de nouveau la Terre qui t’a vu naitre et ce jour-là, tu te tiendras de nouveau à mes côtés pour affronter le Mal.

 

D’autres légendes existent autour de cette guerre et toutes sont plus ou moins, la vérité…

Ajouter un commentaire